MENU
FERMER

Qui sommes-nous ?

LA SAISON 2021.22 À BLOIS

Hors norme !

La saison 21.22, plus dense et plus spectaculaire, n’est pas une saison comme les autres. Depuis plus d’un an maintenant, nous nous sommes adaptés au rythme imposé par la crise sanitaire. Annuler, reporter, modifier, ajouter, augmenter.

Ainsi elle démarre plus tôt que d’habitude. Les deux premières semaines de septembre sont consacrées à une programmation solidaire, terminant ce que nous avons appelé l’autre saison 21 avec une part belle faite à la danse.
Vous reconnaitrez ensuite au fil des propositions, des spectacles annulés depuis mars 2020 et reprogrammés. Des spectacles emblématiques pour lesquels nous avons voulu absolument trouver des dates tant nous souhaitions vous les montrer (Portés de femmes, les Chiens de Navarre, Akzak ou le Quatuor Hanson, etc.), des coproductions particulièrement réussies comme Viviane ou Les Merveilles.

Hors norme cette saison l’est également par le format même des propositions, à commencer par la Construction monumentale d’Olivier Grossetête pendant L’été sans fin. Suivront entre autres, les trente-deux chanteurs d’Accentus, l’impressionnante création musicale de Thomas de Pourquery, l’œuvre autobiographique époustouflante de Jan Lauwers, le théâtre permanent mené jusqu’à l’extrême de Gwenaël Morin et l’énorme fête « Molière » proposée par la célèbre troupe tg STAN.

Hors norme enfin parce que même si nous avons toujours été attentifs aux créations portées par des femmes, plus que jamais la saison 21.22 est une saison au féminin. Des auteures, des metteuses en scène, des chorégraphes, des compositrices, des muses, des hip-hopeuses, des circassiennes sont à l’honneur. Les sea Girls prennent le pouvoir, Natalie Dessay change de registre, les musiciennes du Trio Sōra n’interprètent que des œuvres composées par des femmes, Marianne Piketty dirige de main de maîtresse son Concert idéal, et il n’y a que des filles dans la pièce hip-hop Queen blood ! Alice Ripoll mélange les genres tandis que le talent d’Élise Chateauret, Mélanie Leray, Sara Llorca, Cécile Loyer, etc. nous éblouit.
Les femmes ont beaucoup à dire, ça s’entend et ça se voit ! Les Mijorettes de l’Été sans fin ouvriront, avec humour, le bal du « Girl power » 21.22 !

Plus que jamais, nous sommes impatients de vous retrouver.
Nous avons vu grand, soyez boulimiques !

Catherine Bizouarn


SCÈNES NATIONALES : UN LABEL, DES MISSIONS, UN RÉSEAU

Logo_ASNCe réseau dédié à la création contemporaine représente 74 scènes nationales, réparties sur l’ensemble des régions métropolitaines, ainsi qu’en outre-mer. Elles sont implantées principalement dans des villes ou des agglomérations de taille moyenne, au cœur d’agglomérations de 50 000 à 200 000 habitants. Elles sont financées par le Ministère de la culture et par les collectivités territoriales : villes, communautés de communes, départements, régions.

Reflet de la diversité du paysage français, elles partagent les mêmes missions :
• soutenir la création artistique ;
• proposer une programmation permanente pluridisciplinaire et exigeante ;
• développer une offre culturelle auprès de l’ensemble de la population.

À ce titre, elles jouent un rôle essentiel dans l’aménagement et l’irrigation culturelle du territoire. Près de la moitié d’entre elles sont implantées dans des villes de moins de 50 000 habitants. Elles accompagnent des artistes dans leurs recherches et leurs créations et contribuent au renouvellement des esthétiques, des langages et des talents sur la scène française, européenne et internationale.

Elles accompagnent des artistes dans leurs recherches et leurs créations et contribuent au renouvellement des esthétiques, des langages et des talents sur la scène française, européenne et internationale.
Elles sont l’un des premiers pôles pour la mise en œuvre d’activités d’éducation artistique, d’actions spécifiques de sensibilisation et de médiation pour l’accès de tous aux œuvres et à la culture et plus particulièrement les jeunes. avec toute l’année des ateliers, des rencontres, des expositions, des spectacles décentralisés, des interventions d’artistes et de médiateurs dans les prisons, les hôpitaux ou les écoles, collèges, lycées, universités. Et elles contribuent à la richesse et la permanence artistiques sur les territoires. Elles favorisent également un travail avec les réseaux associatifs, socio-culturels, socio-éducatifs et développent ainsi un maillage et de nombreux partenariats inscrits dans le temps.

LA SCÈNE NATIONALE DE BLOIS EN CHIFFRES

DONNÉES 2018/2019

LA PROGRAMMATION

96 représentations / 54 spectacles 21 300 spectateurs

LES PUBLICS

Une fréquentation de 82% / 25% des spectateurs ont moins de 27 ans / 56% des spectateurs résident en dehors de la ville-siège.

LA DÉMOCRATISATION CULTURELLE

Plus de 250 rendez-vous de médiation et animation autour de la programmation pour près de 6 000 participants.

L’ÉCONOMIE LOCALE

13 salariés permanents
4 500 heures de travail pour les techniciens intermittents du spectacle.
17 hôtes/sses d’accueil vacataires / L’hébergement d’artistes pour plus de 1 100 nuitées et 2 500 repas.
Des prestataires régionaux pour 87% de nos achats de biens et services.

L’ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE

Une scène nationale à Blois c’est l’opportunité pour les habitants d’avoir accès au meilleur de la création d’aujourd’hui. De plus ce label participe au rayonnement national et international de la Ville.