MENU
FERMER

Qui sommes-nous ?

2022.2023, la saison est une fête !

Elle offre une belle diversité de propositions dans tous les champs artistiques.
On notera son orientation très musicale avec un fil rouge et temps fort autour des cordes grâce à la présence artistique sur notre territoire de Marie Salvat, violoniste virtuose et indisciplinée. Il y aura également les ouds du Trio Joubran et la mandoline à l’honneur chez les Flamands B’Rock.
On retiendra également, allez savoir pourquoi, un clin d’œil à l’Italie ! Léonard de Vinci, Fabrizio Rosselli, Avi Avital, Alvise Sinivia, rien à voir entre eux mais amusez-vous à les découvrir tout au long de la saison, entre théâtre, musique et performances, ils sont tellement surprenants !
La jeunesse se reconnaîtra dans plusieurs temps forts (Génération Climat) et thématiques actuelles (écologie, relation homme-femme et genre). Mais n’oublions jamais que nous sommes au théâtre. On pense, on s’interroge, c’est très sérieux mais on ne le dit pas forcément sérieusement, on s’amuse, à l’instar des artistes comme Frédéric Ferrer (Borderline(s) Investigation, spectacle sur la collapsologie) ou Sandrine Juglair (Dicklove, spectacle sur le genre).
Et puis vous allez vous régaler avec de grands auteurs : Jack London, Victor Hugo ou Marguerite Duras, des chorégraphes emblématiques : Régine Chopinot et Béatrice Massin, des interprètes virtuoses : Natalie Dessay dans une nouvelle aventure et Vincent Dedienne, caustique à souhait.
Des rendez-vous importants, hors les murs, vous sont proposés : Circ&plus pendant les vacances de la Toussaint, le Groupe acrobatique de Tanger à Vendôme en partenariat avec l’Hectare et une fête de la danse à Chambord en fin de saison.
Une saison de plaisir pur ! Et dès L’Été sans fin, le ton est donné avec en ouverture Les Gros patinent bien. Après Bigre programmé en 2014, retrouvez Pierre Guillois et Olivier Martin-Salvan sur le plateau de l’hémicycle de la Halle aux grains dans leur nouveau spectacle hilarant.

C’était ma dernière saison, je l’ai préparée avec cœur et émotion avant mon départ.
Cela a été pour moi un immense honneur de vous présenter chaque année depuis 13 ans une saison différente. Cela a été surtout un énorme plaisir. Je remercie mon équipe de m’avoir suivie dans tous mes projets. Je vous remercie chers publics pour votre fidélité. Et je souhaite bon vent à Frédéric Maragnani qui reprend la barre de ce beau navire qu’est la Halle aux grains-scène nationale de Blois.

Catherine Bizouarn

« Si je ne les écris pas, les choses ne sont pas allées jusqu’à leur terme, elles ont été seulement vécues »
Annie Ernaux

Notre histoire
C’est guidé par cette phrase d’Annie Ernaux que, nouvellement arrivé à la direction de la Scène nationale de Blois, je souhaite adresser par ces quelques mots un salut à l’ensemble de la communauté des spectateurs et spectatrices, habitants et habitantes, partenaires culturels, associatifs, sociaux, éducatifs et médicaux, du territoire de la Halle aux grains.

Les artistes écrivent nos vies et nous autorisent à les vivre plus fort et plus loin. Leur art se retrouve au croisement d’un passé pas si lointain et d’un présent souvent invasif. Ils savent également jeter leurs forces dans l’intuition d’un futur toujours plus incertain. Leurs œuvres, éphémères comme le sont les spectacles, sont notre lien principal à l’histoire, à notre histoire. Ils nous permettent de nous vivre en tant que communauté humaine. Parce que les œuvres existent et qu’elles sont la trace de notre passage sur cette terre, parce qu’elles nous divertissent la pensée et que nous les découvrons dans un temps commun qui est celui de la représentation, parce qu’elles inscrivent des émotions nouvelles dans notre quotidien, elles nous font vivre plus intensément.

L’histoire des scènes nationales, lieux phares de notre décentralisation culturelle, participe de cette écriture en commun et la Halle aux grains – scène nationale de Blois en est emblématique. Les différentes directions et les équipes, professionnels et bénévoles, ont patiemment écrit un chemin culturel singulier dans un bâtiment non moins singulier. Je veux remercier Catherine Bizouarn de sa constance éditoriale au long de ses années de direction et de la belle et riche nouvelle saison 22-23 qu’elle nous transmet, ainsi que de la confiance qu’ont pu me témoigner les partenaires publics du lieu pour le pilotage de la suite de cette histoire que je souhaite ouverte, fédératrice et participative.

Frédéric Maragnani


SCÈNES NATIONALES : UN LABEL, DES MISSIONS, UN RÉSEAU

Logo_ASNCe réseau dédié à la création contemporaine représente 74 scènes nationales, réparties sur l’ensemble des régions métropolitaines, ainsi qu’en outre-mer. Elles sont implantées principalement dans des villes ou des agglomérations de taille moyenne, au cœur d’agglomérations de 50 000 à 200 000 habitants. Elles sont financées par le Ministère de la culture et par les collectivités territoriales : villes, communautés de communes, départements, régions.

Reflet de la diversité du paysage français, elles partagent les mêmes missions :
• soutenir la création artistique ;
• proposer une programmation permanente pluridisciplinaire et exigeante ;
• développer une offre culturelle auprès de l’ensemble de la population.

À ce titre, elles jouent un rôle essentiel dans l’aménagement et l’irrigation culturelle du territoire. Près de la moitié d’entre elles sont implantées dans des villes de moins de 50 000 habitants. Elles accompagnent des artistes dans leurs recherches et leurs créations et contribuent au renouvellement des esthétiques, des langages et des talents sur la scène française, européenne et internationale.

Elles accompagnent des artistes dans leurs recherches et leurs créations et contribuent au renouvellement des esthétiques, des langages et des talents sur la scène française, européenne et internationale.
Elles sont l’un des premiers pôles pour la mise en œuvre d’activités d’éducation artistique, d’actions spécifiques de sensibilisation et de médiation pour l’accès de tous aux œuvres et à la culture et plus particulièrement les jeunes. avec toute l’année des ateliers, des rencontres, des expositions, des spectacles décentralisés, des interventions d’artistes et de médiateurs dans les prisons, les hôpitaux ou les écoles, collèges, lycées, universités. Et elles contribuent à la richesse et la permanence artistiques sur les territoires. Elles favorisent également un travail avec les réseaux associatifs, socio-culturels, socio-éducatifs et développent ainsi un maillage et de nombreux partenariats inscrits dans le temps.

LA SCÈNE NATIONALE DE BLOIS EN CHIFFRES

DONNÉES 2018/2019

LA PROGRAMMATION

96 représentations / 54 spectacles 21 300 spectateurs

LES PUBLICS

Une fréquentation de 82% / 25% des spectateurs ont moins de 27 ans / 56% des spectateurs résident en dehors de la ville-siège.

LA DÉMOCRATISATION CULTURELLE

Plus de 250 rendez-vous de médiation et animation autour de la programmation pour près de 6 000 participants.

L’ÉCONOMIE LOCALE

13 salariés permanents
4 500 heures de travail pour les techniciens intermittents du spectacle.
17 hôtes/sses d’accueil vacataires / L’hébergement d’artistes pour plus de 1 100 nuitées et 2 500 repas.
Des prestataires régionaux pour 87% de nos achats de biens et services.

L’ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE

Une scène nationale à Blois c’est l’opportunité pour les habitants d’avoir accès au meilleur de la création d’aujourd’hui. De plus ce label participe au rayonnement national et international de la Ville.